Calendrier des évènements naturels et climatiques aux Galápagos

Au cours des diverses successions géologiques qui se sont écoulées, les Galapagos ont été colonisés par de nombreuses espèces d’origines très différentes aux capacités d’adaptation surprenantes. La succession de divers courants marins au sein de l’archipel marquent de manière saisonnière les changements de climat, influençant la température des eaux et le renouveau de la couverture végétale. Ces deux facteurs régulent la disponibilité alimentaire et de facto l’activité biologique de toute la chaîne trophique présente sur les îles.

Les saisons propices à l’observation de la faune ne sont donc pas les mêmes pour toutes les espèces. Cependant, compte tenu de l’abondance faunistique, il est possible d’observer tout au long de l’année les animaux les plus emblématiques de l’archipel. Ce petit guide sur la succession des principaux évènements naturels vous permettra d’y voir plus clair afin de planifier votre voyage selon vos envies d’observation.

Calendrier des évènements naturels et climatiques aux Galápagos

Janvier

Avec l’augmentation de la température de l’air et de l’eau, la saison chaude (dite des pluies) débute. Elle dure jusqu’au mois de juin et s’intensifie entre janvier et mars. Il s’agit d’une période ponctuée d’averses qui ne durent guère plus de deux heures et n’empêchent en rien de profiter des merveilles de l’archipel.

Le climat est idéal jusqu’à début juin pour la plongée de surface en raison des arrivées d’eaux chaudes septentrionales. La mer est relativement calme et offre une bonne visibilité sous-marine. Du fait d’une baisse de la quantité de plancton en suspension dans l’eau, l’activité faunistique s’en trouve réduite. À cette époque, il est fréquent qu’un courant marin venu des profondeurs depuis le nord frappe les côtes, produisant de gros ressacs qui à leur tour soulèvent des sédiments qui réduisent la visibilité sous-marine dans certaines baies et parois au nord de l’archipel.

C’est la meilleure époque pour observer les poissons lunes (Mola mola et Mola alexandrini) même s’il est possible de les observer jusqu’au mois d’avril.

Selon l’arrivée des premières pluies, les oiseaux terrestres commencent à nicher. Le début de cette période de nidification peut donc varier entre janvier et février.

Jusqu’à juin, c’est la meilleure époque pour observer et photographier les Géospizes. Durant cette période de fortes pluies, les ressources alimentaires disponibles sont importantes et sont propices à leur nidification. La grande majorité des territoires sont occupés et les spécimens vocalisent énormément. Cela facilite l’identification de ces oiseaux, d’habitude difficile.

Les Pétrels des Galapagos commencent à nettoyer leur nid sur les zones de nidification situées sur les hautes terres de Santa Cruz, San Cristobal, Santiago et Floreana.

Avec l’arrivée des pluies, les iguanes terrestres amorcent eux aussi leur cycle reproductif, en particulier sur les îles Isabela et Plaza Sur.

Sur l’île Española, les iguanes marins adultes revêtissent une livrée colorée en vue d’initier leur parade nuptiale.

C’est le début de la période d’accouplement des tortures géantes terrestres qui durera jusqu’à mars et parfois mai. C’est le meilleur moment pour observer les « combats » entres mâles qui luttent pour le territoire et les femelles, comme sur les hautes terres de Santa Cruz. Au même moment, c’est l’éclosion des œufs de tortues géantes de la saison passée.

Les tortues vertes (tortues marines) arrivent sur les plages de l’archipel pour la période de ponte, de janvier à avril.

Large Grond Finch (Xavier Amigo)

Février

C’est un mois relativement chaud avec une moyenne d’environ 25°C (77°F). Cette température reste plus ou moins constante jusqu’au mois d’avril.

À cette période, la saison de nidification de la Colombe des Galápagos atteint son apogée tandis que sur l’île Floreana, la majorité des flamants roses commencent leur période de nidification. Ces oiseaux opportunistes peuvent cependant repousser de quelques semaines voire mois cette période.

Les fous de Nazca, sur l’île Española (appelée aussi île Hood) commencent leur nidification.

Les Manchots des Galapagos ont, quant à eux, quitté l’Île de Bartolomé pour suivre les eaux fraîches riches en nutriments qui longent l’ouest de l’archipel. Le déplacement de ces petites colonies restreint les observations de cette espèce emblématique autour de Bartolomé et Santiago, car elles vont davantage au large et passent plus de temps dans l’eau afin de trouver leur nourriture, plus rare à cette époque.

Les iguanes marins commencent à nicher sur l’île de Santa Cruz, les mâles arborant de belles marbrures rouges et noires tandis que les femelles de certaines sous-espèces tendent vers les verts.

Début de la saison de ponte des iguanes terrestres sur Plaza Sur et en même temps, éclosion des œufs sur Santa Fé.

La sous-espèce endémique du Canard des Bahamas débute sa période de nidification.

Flamants roses (Vincent Mouret)

Mars

La saison des pluies est à son apogée bien que les précipitations ne soient que ponctuelles. Le taux d’humidité est tel qu’il n’est pas rare de débarquer « mouillé » dans des lieux comme Puerto Egas, Gardner Bay ou Bartolomé.

Les journées n’en sont pas moins agréables car ensoleillées et chaudes. La température de l’air peut atteindre les 35°C (95°F).

La plongée de surface peut se pratiquer sur des laps de temps plus longs grâce à des eaux aux températures clémentes y compris dans la partie la plus occidentale de l’archipel où les conditions d’immersions sont optimales en termes de visibilité et d’activité faunistique.

Le 21 mars, jour de l’équinoxe d’été, correspond en général à l’arrivée de l’Albatros sur Española.

C’est aussi l’époque où les iguanes marins nichent sur l’île Fernandina.

Les Pétrels des Galapagos, eux, commencent leur nidification qui dure jusqu’à octobre.

De mars à mai le comportement de parade des frégates est particulièrement actif :  il vous sera facile d’observer leur jabot caractéristique, en particulier à Frigatebird Hill sur l’île de San Cristobal, à Darwin Bay sur l’île de Tower ou même sur l’île Genovesa.

Sur les îles de l’ouest, les Manchots sont très actifs, notamment à Punta Vicente Roca. Ces oiseaux opportunistes nichent quand les conditions d’alimentation sont bonnes, ce qui se produit normalement durant la saison froide. Ils peuvent cependant nidifier tout au long de l’année, si la disponibilité alimentaire est suffisante.

Iguanes Marins (Xavier Amigo)

Avril

Il s’agit de l’un des meilleurs mois (avec celui de mai) pour visiter les Galápagos étant donné la clémence du climat. Les températures de l’air et de l’eau sont parfaites et s’accompagnent d’un regain d’activités biologiques pour nombre d’espèces.

La saison des pluies arrivant à son terme, la végétation des îles est verdoyante et la visibilité dans l’eau est encore bonne. Les séances de plongées de surface sont très agréables.

Les œufs de tortues marines vertes commencent à éclore et il est possible de voir des éclosions jusqu’à juillet.

C’est le mois des arrivées massives d’Albatros des Galapagos sur l’île Española et le début de leurs curieuses parades nuptiales.

En parallèle, c’est la fin de la saison de reproduction des tortues terrestres géantes.

Les œufs des iguanes terrestres commencent à éclore sur l’île Isabela.
Entre avril et mai, les tortues géantes migrent des zones hautes vers les plaines pour initier le début de la saison de nidification.

Les colonies d’Océanites sont très actives d’avril à octobre sur l’île de Genovesa.

À Bahia Urbina, comme sur d’autres localités similaires, la concentration de spécimens de Géospizes, même s’ils sont présents toute l’année, est encore plus importante. La majorité des juvéniles déambulent hors des nids.

Iguanes terrestres (Xavier Amigo)

Mai

Même si l’eau commence à se refroidir à partir de la deuxième quinzaine, le mois de mai est l’un des deux meilleurs pour parcourir les Galápagos, grâce à un climat agréable, une température de l’eau optimale et une vie sauvage particulièrement active.

En effet, on assiste à la première parade des fous à pied bleus sur de nombreuses îles, en particulier sur l’île Seymour Nord.

Les Albatros commencent à pondre sur l’île Española et les Océanites amorcent leur période de nidification.

Même si cela peut varier selon les années, les eaux de Bartolomé sont en général celles qui offrent les meilleures conditions de visibilité pour observer les Manchots dans l’eau et pendant leur pêche, le tout dans un cadre idyllique. De mai à octobre ces derniers y sont particulièrement actifs. Caleta Tagus est également un excellent endroit pour les observer : la présence de proies est constante et la pêche s’avère fructueuse pour ces oiseaux.  Les côtes ouest d’Isabella et de Fernandina sont de très bons endroits pour observer les interactions entre les Manchots et les Pélicans. Les premiers viennent espièglement voler de petits poissons dépassant du bec des Pélicans, espèce assez maladroite. Des phénomènes analogues se produisent avec d’autres espèces de prédateurs comme la Buse des Galapagos et le Hiboux des marais.

La présence de tortues marines est encore élevée sur les plages de Bahia Garder, Punta Cormorán et Puerto Egas, pour les dernières semaines de ponte.

La grande majorité des œufs d’Iguanes marins éclosent sur Santa Cruz jusqu’à mi-juin sur la majorité de l’archipel et ceux des tortues marines sur Gardner Bay, Punta Cormoran, et Puerto Egas.

Les arbres de Palo Santo (Bursera graveolens) commencent à perdre leurs feuilles.

Manchot des Galápagos (Vincent Mouret)

Juin

Le climat change. La saison devient fraîche et sèche et les précipitations se font rares. Une sorte de brouillard permanent et un crachin appelé « garúa » couvrent le sommet des îles d’une légère bruine. Les nuages commencent à se former sur les hautes terres des plus grandes îles. Ce phénomène est moins marqué sur les côtes et dure jusqu’à novembre.

Les courants sont plus forts et certains cétacés, qui migrent à cette époque, peuvent être observés lors des navigations entre les îles. Quelques groupes de Baleines à bosse migrent au niveau des latitudes équatoriales et atteignent parfois les Galápagos pour y rester jusqu’en septembre. Les apercevoir est cependant rare, les côtes équatoriennes restant le meilleur endroit pour les observer.

Les alizés du sud-est commencent à souffler. Les marées sont plus fortes et sont accompagnées d’imposantes vagues. Les premières houles commencent à se faire sentir. Les eaux redeviennent plus riches en planctons et la visibilité est altérée.

Il est également possible d’observer des requins baleines autour des îles de Darwin et de Wolf, dans le nord de l’archipel.

Les oiseaux migrateurs du sud ont commencé leur voyage vers le nord. Les Galápagos sont un lieu de repos pour ces oiseaux.

Les tortues géantes continuent leurs migrations sur l’île de Santa Cruz, des hautes terres vers les basses, à la recherche de meilleurs habitats pour leur nid.

La parade des Frégates superbes, parées de leur volumineux jabot rouge gonflé, peut encore être contemplée sur l’île Seymour Nord.

Le mois de juin voit aussi l’arrivée de milliers de requins marteaux qui migrent vers les parois de Darwin et de Wolf. Plus près des îles centrales, Kicker rock et Roca Gordon sont aussi d’excellents sites pour les observer.

C’est aussi le début de la saison des accouplements pour les Otaries des Galápagos, qui durera jusqu’à août, bien qu’ils se fassent d’une façon moins marquée toute l’année (à l’exception des mois les plus chauds, de janvier à mai).

De juin à octobre (pendant la saison froide) la nidification des Fous à pieds rouges s’intensifie et la présence de juvéniles est plus importante, même si ces oiseaux semi-pélagiques peuvent nicher pratiquement toute l’année.

Requin marteau (Pierre Ferron)

Juillet

Au mois de juillet, la température de la mer descend en dessous des 21°C (70°F), s’enrichissant ainsi en nutriments propices à la vie faunistique.

Les cétacés, comme les baleines bleues, se trouvent principalement à l’ouest de l’archipel des Galapagos, sur la côte ouest de l’île Isabela. Les dauphins, eux, se font rare depuis quelques années.

De juillet à octobre, d’impressionnants rassemblements de requins marteaux s’observent en eaux profondes au niveau des îles de Wolf et de Darwin, en plongée sous-marine. Si la visibilité due à la présence massive du plancton s’en trouve altérée, la période n’en reste pas moins la plus propice de l’année pour les observer.

Juillet est aussi une période adéquate pour voir les fous à pattes bleues se reproduire.

Seule la colonie de Punta Suarez (île Española) n’est pas observable à cette période. Il est possible durant ce mois d’observer les quatre étapes de la nidification de cette espèce : œufs, oisillons, juvéniles et jeunes adultes.

Les Cormorans Aptères exhibent leur spectaculaire rituel d’accouplement sur l’île Fernandina et à Punta Moreno sur l’île Isabela, où les observations sont plus faciles car l’eau y est calme. Tagus Cove est un autre site possible pour observer la compétition frénétique qui fait rage entre les femelles pour la conquête des meilleurs mâles et la nidification grâce à l’apport d’algues pour la plateforme. Suivre cet oiseau lors de ses plongées de pêche est probablement l’une des expériences les plus intéressantes d’une visite aux Galapagos.

Pendant ce temps, le long des plages de Puerto Egas (île Santiago), les Huitriers américains commencent à nidifier pendant que les Iguanes terrestres s’accouplent sur l’île Fernandina.

Les lézards de lave commencent à parader avant la période d’accouplement qui dure jusqu’au mois de novembre.

Jusqu’à novembre, alors qu’il fait chaud et sec, les tortues géantes déposent leurs œufs sur les basses terres de Santa Cruz et d’Isabela. Les adultes remontent ensuite vers les hautes terres au fur et à mesure que revient l’époque humide et l’abondance alimentaire qu’elle pourvoit.

Tortues géantes (Xavier Amigo)

Août

L’océan est à cette période assez imprévisible et offre des courants d’une force sans égale au reste de l’année. Jusqu’en septembre, les températures de l’eau continuent à baisser en dessous des 18°C (64°F) sur certaines zones de l’archipel, en particulier sur les îles du sud et de l’ouest.

Les Buses des Galápagos commencent leur parade nuptiale sur l’île Española et Santiago.

Les tortues géantes, quant à elles, continuent leur remontée vers les hautes terres après la nidification (Santa Cruz).

Les Fous de Nazca et les Mouettes à queue d’aronde nichent sur l’île Genovesa.

C’est aussi le mois où débute la naissance des Otaries des Galapagos, en particulier sur les îles centrales et occidentales.

De fin août à fin novembre c’est aussi la saison d’accouplement des Otaries à fourrure avec un pic en octobre à Puerto Egas et Genovesa.

Otaries des Galápagos (Xavier Amigo)

Septembre

Nous sommes ici au cœur de la saison froide : la température de l’air atteint les 19°C (66°F), la houle est à son apogée.

Les oiseaux migrateurs commencent à arriver et restent sur l’archipel jusqu’à mars.

La majorité des oiseaux marins sont très actifs sur leur lieu de nidification et les Manchots des Galápagos montrent une remarquable activité reproductive sur l’île Bartolomé où il est possible de nager autour d’eux.

C’est aussi la période de reproduction des fous masqués sur Genovesa.

Les Otaries des Galapagos et ceux à Fourrure sont très actifs et visibles grâce à une grande concentration des ressources alimentaires présentes dans l’eau.

Le début de la saison de reproduction des Otaries permet d’observer les joutes entres mâles et ceci jusqu’en novembre.

Otaries à fourrure (Xavier Amigo)

Octobre

C’est la fin de la saison froide. Les journées ne sont pourtant que peu ensoleillées. Le crachin est fréquent sur l’archipel à l’exception des îles occidentales où les matinées sont brumeuses et les après-midis inondées de soleil. Le sommet des hautes terres est dégagé, la brume ne couvrant que les lignes côtières.

Les premières lueurs, aux aurores, permettent de belles prises photographiques, en particulier sur les îles occidentales.

Les fous à pieds bleus élèvent leurs oisillons sur l’île Española et à Punta Vicente Roca (Isabela).

Les Hérons de lave (une sous-espèce du héron strié) commencent à nicher (d’octobre à mars). En parallèle les Pétrels des Galapagos cessent leur nidification au cours de ce mois.

C’est aussi les derniers jours de ponte des tortues géantes terrestres.

Les Otaries des Galápagos sont en pleine période d’accouplement. C’est le moment pour les mâles de réunir les femelles en harems par de fort brames et quelques interventions un tant soit peu musclées. Les spectacles de rixes sont fréquents, surtout sur les îles occidentales.

Heron des Laves (Xavier Amigo)

Novembre

Le mois de novembre est une période de transition. Le climat est en général très agréable car nous passons d’une saison à une autre. Les alizés et les marées sont calmes. La température de l’eau monte lentement.

La visibilité sous l’eau est bonne ce qui permet de pratiquer la plongée sous-marine dans les meilleures conditions. Attention toutefois à la présence d’espèces de méduses le long des côtes de certaines îles du nord.

Des milliers de requins marteaux partent migrer et quittent les Galápagos. Malgré ces déplacements massifs, ces derniers sont présents toute l’année aux Galapagos avec de fortes concentrations durant la saison froide.

Les Noddis bruns effectuent leurs premières niches tandis que Pétrels, Puffins et Océanites commencent leur seconde période de nidification.

Pendant ce temps les fous masqués débutent leur période de reproduction sur Genovesa et Española jusqu’à février.

Les juvéniles Pétrels des Galapagos sont quant à eux prêts à prendre l’air tandis que les jeunes Fous à pieds rouges s’émancipent de novembre à décembre.

C’est aussi la période de reproduction des tortues marines à Tortuga Negra et Tortuga Bay sur l’île Santa Cruz, et cela jusqu’à mars, avec un pic de reproduction entre décembre et février.

Fin novembre et début décembre sont les meilleurs moments pour observer les jeux aquatiques des bébés otaries dans les vagues (comme à Champion Islet), même s’il est en pratique possible de voir ces « jeux » toute l’année.

(Vincent Mouret)

Décembre

La saison des pluies commence : toutes les plantes de la zone sèche se mettent à produire des feuilles. L’archipel des Galápagos se teinte d’une riche gamme de verts et le climat devient très agréable. C’est le début de la saison chaude et la visibilité sous-marine est bonne.

C’est le départ des premiers Albatros depuis l’île Española et le mois où la livrée écailleuse des iguanes change et commence à se teinter de vert et de rouge.

Ce sont les débuts de l’éclosion des œufs de tortues terrestres et de la période d’accouplement des tortues géantes.

(Vincent Mouret)

Texte: Xavier Amigo