Comment voyager en Amazonie

Pour faciliter la lecture de cet article, voici un sommaire des grands titres :

Comment voyager en Amazonie ?

  • Forêt amazonienne, me voilà !
  • Euh, attend, tu parles de cette jungle impénétrable remplis de jaguars qui te sautent dessus, de mygales poilues, d’anacondas de 8 mètres de long et de caïmans aux dents aiguisées ????
  • Mais non Roger, enfin si, on parle bien de la forêt amazonienne, de l’aventure à l’état brut, d’une découverte naturaliste exceptionnelle, mais tu vas voir, ce n’est pas si effrayant !
  • Aller, je te suis, on verra bien si j’en sors vivant…

Alors à quoi ça ressemble un voyage dans la forêt amazonienne ?

Faut-il sortir son chapeau d’Indiana Jones et sa moustiquaire en cote de maille, ou juste emmener des bottes et sa machette ?

Il est vrai que préparer un voyage en Amazonie n’est pas toujours aisé.

Parfois même, en famille par exemple, on évite tout simplement de prononcer ce mot pour éviter de faire courir un quelconque risque à ses bouts de choux, malheureusement à tort car c’est une découverte extraordinaire dont ils se souviendraient toute leur vie, c’est ce qu’on va voir plus loin.
Retour au sommaire

Un voyage en Amazonie, c’est pour qui ?

Un voyage en Amazonie, c’est un peu comme une aventure de Tintin, c’est valable pour tout le monde, de 7 à 77 ans !

On a souvent l’image des explorateurs qui partent avec leur machette en pirogue pour découvrir des zones inexplorées de l’Amazonie, et c’est bien vrai, c’est comme cela que ça se passe… dans les zones inexplorées. En fonction de vos envies, nous vous envoyons dans des zones adaptées et conformes à vos attentes.

  • Certains lodges sont plus adaptés pour les familles avec des rythmes de sorties plus tranquilles et des activités pour tous
  • D’autres sont plus adaptés pour les naturalistes purs, ou les mordus de photographie, avec des sorties au lever du soleil focalisé sur l’observation de la faune
  • Certains permettent de mettre l’accent sur la découverte culturelles et antoprologiques
  • D’autres lodges sont accessibles en fauteuil roulant pour permettre à tout le monde de profiter du spectacle.

Dans tous les cas les lodges sont dans des zones relativement ouvertes, avec des passerelles en bois surélevées, des moustiquaires aux fenêtres, etc… Tout est fait pour garantir votre sécurité.

Il y en a donc vraiment pour tous les gouts et pour tous les niveaux physiques et pour tous les budget. Il n’y a donc pas de restrictions d’âge pour découvrir l’Amazonie et prendre sa dose d’aventure.

Léo (5 ans) et Sacha (11 ans), deux grands guerriers amazoniens avec leurs peintures de guerre

Retour au sommaire

Quand partir en Amazonie ?

Vous imaginez bien que pour garder cette forêt aussi verte, cela nécessite une quantité d’eau non négligeable, et donc un niveau d’humidité parfois élevé.

Heureusement la nature est bien faite et elle a la gentillesse de nous laisser une fenêtre de tir pour en profiter, et ça tombe bien, c’est l’été !

De Juin à Septembre, des masses d’air froid remontent de la Patagonie, et assèchent l’air amazonien. Résultat, les températures sont supportables, et les pluies sont bien moins fréquentes, c’est donc la période idéale pour visiter l’Amazonie car c’est la « saison sèche » même si les pluies sont quand même fréquentes (environ un jour sur 4).

C’est toujours plus agréable d’avoir beau temps pour profiter de son voyage.

Dans certaines zones comme la grande lagune du Cuyabeno, cela a aussi un autre résultat très agréable, le niveau des cours d’eau est beaucoup plus bas forçant les animaux à sortir de la forêt pour venir s’abreuver dans les rivières devenues petites. On voit donc tous les caïmans se dorer la pilule au soleil et au milieu les oiseaux aquatiques venus chercher de la nourriture.

En dehors de cette période, il pleut de manière plus régulière mais ce n’en n’est pas moins intéressant. Car comme dit la chanson « il pleut, il mouille, c’est la fête à la grenouille », l’Amazonie devient un paradis d’observation de batraciens, amphibiens, dauphins roses, Paiche, etc.

Une des très nombreuses espèces de grenouilles présente dans la forêt amazonienne

On peut donc voyager toute l’année en Amazonie, même si les mois de mars, avril et mai sont plutôt à éviter car vraiment très pluvieux.
Retour au sommaire

Combien de temps faut il pour une aventure en Amazonie ?

L’Amazonie, comme on va le voir un peu plus tard, c’est grand ! Vous allez donc être amené à choisir une partie de l’Amazonie à visiter, donc c’est un peu comme visiter un seul département français, on quelques jours on a l’occasion d’avoir un bon aperçu de la zone. Sachant que le premier et le dernier jour sont occupés en bonne partie par le trajet pour « rentrer » dans l’Amazonie.

Les circuits sont organisés pour vous faire découvrir des environnements et des points variés, par exemple pour circuit découverte de 4 jours sera composé d’un jour d’entrée avec des premières observations en chemin, un jour plutôt kayak sur la rivière, un jour moitié culturel avec une visite d’une communauté et moitié naturaliste avec une marche en forêt, et un dernier jour de sortie de l’Amazonie encore une fois avec des observations sur la route, plus une ou deux sorties nocturnes.

Pour un circuit dédié aux photographes, on cherchera les meilleurs points de vue aux meilleurs horaires, parfois en restant plusieurs heures sur un site particulier pour attendre une espèce ou un comportement. Entre la tour, les bords de cours d’eau, les falaise d’argiles, les lagunes, etc, on aura largement de quoi s’occuper !

Les ornithologues chercheront des environnements différents pour obtenir le plus grand nombre d’espèce, sous-bois, clairière, canopé, bords de lagune, bords de cours d’eau sont tous différents avec leurs espèces spécifiques.

Des ornithologues bien occupés depuis la tour d’observation d’un lodge

Pour ce genre de voyage (photographie, ornithologie, botanique) on conseille un minimum de 5 jours pour bien profiter de 3 jours complets sur place sans transport.

Donc la « durée classique » d’un séjour en Amazonie oscille entre 4 et 5 jours, mais il peut être un peu plus court si vous appréhendez le grand plongeon dans la nature, ou un peu plus long si vous connaissez déjà le sujet et souhaitez l’approfondir.
Retour au sommaire

Qu’est-ce qu’on voit en Amazonie ?

Vous entrez ici dans le méga hotspot de la planète ! Plus de 600 espèces d’oiseaux, 180 espèces de grenouilles, plus de 700 espèces d’arbres par hectares, des centaines de milliers d’espèces d’insectes, et il en reste le triple à décrire !

La faune amazonienne est plus difficile à observer que les grands mammifères africains. Les safaris, ici, sont basés sur la patience, le silence et la passion. Malgré cela elle est bien plus nombreuse que toute la faune d’Afrique et d’Asie réunie, en terme de diversité. Singes, paresseux, fourmiliers, jaguars, anacondas, caïmans, dauphins, loutres, perroquets, hoazins. La liste est longue et on ne citera ici que certains des plus emblématiques.

Un singe hurleur nous observe depuis son perchoir

Quant à la flore, il y a autant d’espèces de végétaux dans un hectare du parc Yasuní qu’il en existe dans toute l’Amérique du Nord. Voilà des chiffres à faire tourner la tête !

La zone est également habitée par plusieurs communautés indiennes native dont les Huaorani, l’une des dernières communautés amérindiennes du pays à avoir été contactée par le monde extérieur et que vous pourrez avoir l’occasion de visiter pour découvrir leur mode de vie.

Vous l’avez compris, impossible de s’ennuyer lors d’un voyage en Amazonie, surtout qu’un guide local vous accompagnera systématiquement dans vos sorties et vous surprendra par sa capacité à voir les animaux avant vous, à imiter leurs cris pour mieux les approcher, à vous raconter des légendes ou des anecdotes, etc.

Un point important à souligner, la faune tout comme la flore peut être petite, ou lointaine, des jumelles sont donc un élément presque indispensable pour bien profiter du voyage. Un modèle 9×42 ou 10×42 est adapté à l’Amazonie.

L’Hoazin huppé, une des espèces emblématiques de l’Amazonie.

Retour au sommaire

Vous avez dit « communauté indienne native » ?

Permettons nous d’éclaircir tout de suite un point important : Si vous espérez voir Mimi-Siku aussi sauvage qu’avant son arrivée à Paris…il vaut mieux vous repasser le film « Un indien dans la ville » que de faire le déplacement jusqu’en Amazonie.

Alors oui les indiens en pagne, plateau labial et lance à la main ça existe encore, et ce sont ceux qui ne souhaitent aucun contact avec le monde contemporain.

Côté Lodge et visite des communautés dans un cadre touristique, nous faisons face à des communautés qui ont le souhait de s’ouvrir au monde contemporain, et ce depuis plusieurs décennies, ils ont donc en général accès aux même vêtements que nous, ont des pirogues à moteur, et même souvent des smartphones, outil d’ouverture par excellence avec le monde moderne.

Pour leur permettre de s’ouvrir à ce monde, ils ont besoin d’argent, et en général deux moyens s’offrent à eux : l’industrie du bois et du pétrole, ou le tourisme. Lorsqu’une communauté fait le choix du tourisme, c’est un choix courageux que nous nous devons d’honorer. Il faut aussi bien se rendre compte qu’ils ont fait un choix qui implique la visite quotidienne de groupes de voyageurs et que si nous ne souhaitons pas voir cette activité se transformer en « piège à touriste », il en va aussi de notre responsabilité de ne pas pousser le vice en exigeant des tenues traditionnelles qui ne sont plus portées.

Après tout on n’attend pas d’un cuisto en crêperie qu’il s’habille en bigoudaine !

Une fois qu’on a compris cela, on peut enfin voir le lien qu’ils continuent de tisser avec la nature qui les entoure, leur manière de se nourrir de la forêt, de se soigner avec la forêt, de construire leurs maisons avec la forêt, et ce de manière durable, ainsi que leur approche de la vie en générale qui est à des lieux de notre mode de vie et de consommation, et ça, c’est ce qui est intéressant à découvrir selon nos critères.

Notons que pour bien séparer les activités, la participation financière est à verser directement à la communauté lors de votre passage.

Un des membre d’une tribu ashuar buvant la traditionnelle « chicha » de manioc lors d’une sortie pêche

Retour au sommaire

Mais au fait, on va où en Amazonie ?

Le bassin amazonien, c’est 7,3 millions de kilomètres carrés, soit la surface de… ¾ de l’Europe ! Le tout réparti sur 9 pays.

Donc autant vous dire que visiter l’Amazonie, c’est comme… visiter l’Europe : ça prend du temps.

En effet l’Amazonie n’est une forêt ni uniforme ni homogène, on y trouve des paysages très différents, de savane, de plaines inondables, de forêts inondables, de grandes et larges rivières ou de petits cours d’eau, de collines ou complètement plates, etc.

Et toutes ces différences dans la topologie du terrain amène forcément une biodiversité différente car adaptée à son milieu.

Alors ou planifier son voyage ?

Si vous ne savez pas trop par où commencer et que vous avez un souhait précis, par exemple voir le jaguar, le mieux est encore de vous rapprocher d’un professionnel du tourisme qui saura vous orienter vers le meilleur endroit pour réaliser votre souhait.

Si vous souhaitez faire une simple découverte de ce monde d’aventure, alors la plupart des lodges sont adéquats pour réaliser votre souhait de voyage.

Dans tout les cas l’aide d’un professionnel du tourisme vous sera très utile pour trouver le lieu le mieux adapté à vos possibilités et limites.

Pour les familles par exemple nous recommandons le parc Cuyabeno qui est très adapté à un jeune public et les guides sont habitués à adapter leurs activités en fonction de l’âge de vos enfants. Pour les mordus de la nature, le parc Yasuni est le haut lieu de la biodiversité.

Une dernière option pour les plus pressés est de visiter les « portes de l’Amazonie », autrement appelée la « Haute Amazonie ». Le temps de trajet pour arriver à destination est moindre, ce qui a son avantage, et même si on n’est pas « dans » l’Amazonie pour les puristes, on ressent quand même l’ambiance de la forêt. L’offre de service reste très attractive et les activités diverses et variées, on peut y associer du rafting par exemple

Les parcs nationaux et points d'intérêts d'Amazonie équatorienne

Les parcs nationaux et points d’intérêts d’Amazonie équatorienne

Retour au sommaire

Comment accéder aux sites de visites d’Amazonie ?

On dit souvent qu’on « rentre » dans la forêt, qu’on « s’enfonce » dans l’Amazonie, qu’on « dépasse le front de colonisation », mais qu’est-ce que ça veut bien dire tout ça…

Il faut bien comprendre une chose, la forêt amazonienne est à l’origine un monde réservé à ses habitants, qu’on dit « impénétrable ». En effet, il n’y a pas de routes qui traversent ni quadrillent l’Amazonie, mais chaque pays construit peu à peu ses voies d’accès pour pénétrer vers le cœur de la forêt, et en général il existe une ville principale qui est ce qu’on appelle le front de colonisation, relativement avancée dans la forêt mais pas trop loin non plus pour être placée sur une route principale et goudronnée, c’est le cas de Macas, Coca, Tena ou Puyo en Equateur. Ensuite, plus profond dans la forêt, il reste des pistes, puis plus rien.

Alors comment fait-on, nous, petits voyageurs, pour y rentrer dans cette forêt ?

Et bien on suit le guide !

Les lodges sont construits près des fleuves, les seules vraies autoroutes de la forêt, et on les empreinte donc en bateau, le plus souvent à moteur. Il faut souvent 2 à 3 heures de bateau pour atteindre le lodge.

Les grandes pirogues à moteur utilisées sur les « fleuves autoroutes » de l’Amazonie

Pour certains endroits plus reculés, il faudra prendre une avionnette pour atteindre certains petits trésors de voyage qu’on vous réserve.

Un Cessna 6 places, un des meilleurs moyens d’atteindre certaines zones reculées.

Pour atteindre les villes principales qui permettent d’entrer en Amazonie, encore une fois nous avons deux options : la route, ou les airs.

Des vols quotidiens relient Quito à Tena, Coca, etc, ce qui permet d’économiser du temps lorsqu’on a un planning de voyage court, mais l’autre option à aussi ses intérêts !

En descendant les Andes par la route, vous pourrez découvrir des sites sympas comme Papallacta et ses eaux thermales, ou San Isidro et sa chouette endémique même pas encore décrite, etc, les sites d’intérêts sont nombreux. Et puis il faut aussi voir le côté écologique, on ne va pas voir dame nature en cramant du kérosène au dessus de ses beaux arbres ! Plus sérieusement, on réduit grandement son empreinte CO2 en allant en Amazonie par la route.

Retour au sommaire

Que doit-on emmener dans sa valise ?

Alors, chapeau d’Indiana Jones et moustiquaire en cote de maille ? Les bottes et la machette suffisent-ils ?

Et bien rien de tout ça. Enfin si, le chapeau peut-être utile, tout le reste non.

Parlons des moustiquaires tout d’abord, elles vous sont fournies. Toutes les chambres sont fermées avec des moustiquaires aux ouvertures, et pour être sûr de passer une bonne nuit, chaque lit à sa moustiquaire individuelle pour vous permettre d’être confortablement installé dans les bras de Morphée. En revanche un répulsif est fort recommandé pour la journée, particulièrement pour les balades en forêt, même si personnellement je me contente d’habits longs (chemise, pantalon léger) et d’huile essentiel de citronelle. Les moustiques craignant la chaleur, surtout le soleil direct, ils ont tendance à se réfugier dans la forêt, les balades à pied seront donc le seul moment où vous devrez les affronter, proche du lodge ou en pirogue vous serez tranquilles.
Puisqu’on parle de moustique, faisons une aparté sur la malaria. Cette maladie parasitaire transmise par certaines espèces de moustiques concerne très peu de zones et est très localisée. Nos itinéraires évitent ces zones. Nous ne pouvons que vous conseiller de vous rapprocher d’un centre des maladies infectieuses et tropicales le plus proche de votre ville avant de partir, des médecins spécialisés répondront à toutes vos questions. Nous concernant, vous imaginez bien qu’on ne peut pas se traiter contre ce genre de risque en continue, donc encore une fois mon choix personnel se tournera vers la barrière physique : habits longs, moustiquaires, et une baffe bien placée au premier moustique qui s’approche !

Les bottes maintenant, elles vous seront fournies par le lodge, une chose de moins à mettre dans la valise. De la même manière les ponchos sont en général fournis, nous vous préciserons cela lors de réservation en fonction du lodge où vous allez.

Voilà de quoi alléger votre valise !
Ça tombe bien car d’un point de vue logistique on préfère voyager léger. Même si vos bagages vous suivent partout, et en général le lodge s’occupe de tout pour ça, n’oubliez pas que certains déplacement en avionnette sont limités en poids. Lisez bien ce point que nous vous détaillerons en fonction de votre itinéraire.

Retour au sommaire

Où dort-on pendant cette aventure ?

Du temps des explorateurs, la question aurait été « tente ou hamac ? », mais ces temps ont bien changé et maintenant on va même vous demander si vous voulez du WiFi !

Les options de couchage en Amazonie sont multiples et dépendront de l’aventure que vous souhaitez vivre.

Si la découverte, l’ornithologie, la photographie, etc sont vos priorités, alors il existe de nombreux lodges allant d’un confort basique jusqu’au luxueux, les options ne manquent pas. Vous serez alors logé en bungalows, en pension complète, avec guide et capitaine pour les déplacements et sorties. Les lodges s’occupent de toute la logistique sur place et vous aurez juste à profiter du spectacle en ouvrant grand les yeux.

Le Napo Wildlife Center, un des « beaux » lodges d’amazonie équatorienne

Pour ceux qui veulent plus d’aventure, et c’est une excellente option en famille avec des grands enfants par exemple, il est possible de descendre à la rame un des fleuves principaux d’Amazonie et de bivouaquer pendant quelques jours. On monte la tente, on cuisine au feu, on pêche, on observe la nature, on vit au grand air, le tout encadré par des professionnels locaux qui mènent cette expérience d’une main de maitre. Quel enfant n’a jamais rêvé de vivre ce genre d’aventure ?

L’amazonie à la rame, une découverte au rythme de la nature

Une dernière option consiste à naviguer sur un des grands fleuves d’Amazonie.

Il existe assez peu de croisières de ce type, ce sont des voyages atypiques qui créent des souvenirs impérissables. C’est le cas du Manatee Amazon Explorer qui offre des croisières sur la rivière Napo en Equateur.

Le Manatee Amazon Explorer, un bateau de croisière pour découvrir l’Amazonie en itinérance tout confort

Faisons un petit aparté sur internet et l’électricité. Compte tenus encore une fois de l’isolement géographique, certains lodges ne sont équipés que de groupes électrogènes et connexions satellite, et ne fournissent donc de l’électricité et internet qu’une certaine partie de la journée. Pensez à recharger vos batteries et lire vos mails à ce moment. Et puis ça fait du bien aussi de se reconnecter avec la nature, donc rechargez vos batteries au bon moment, et laissez tomber vos mails, ils peuvent bien attendre.

Retour au sommaire

Que mange-t-on en Amazonie ?

Les lodges et autres options de visite de l’Amazonie sont relativement habitués à recevoir des voyageurs du monde entier, ils se sont donc adaptés aux gouts de tout le monde tout en conservant une cuisine traditionnelle avec des ingrédients locaux, et parfois inconnus pour vous.

Dîner au Kapawi, la cuisine amazonienne avec une touche gourmet

Ici le manioc côtoie le poulet, la patate douce apporte de la saveur aux poissons d’Amazonie et vous découvrirez peyt-être le Maïto de puntish, on vous laisse la surprise !

Lors de vos visites aux communautés locales, vous découvrirez la cuisine typiquement traditionnelle d’Amazonie, cette fois pas de déchets, tout vient de la forêt, tout repart dans la forêt !

Table traditionnelle Ashuar, patate douce, banane plantain et Maïto de poisson sur une nappe végétale

Retour au sommaire

Quelle langue parle-t-on en Amazonie ?

L’Amazonie, en plus de sa grande biodiversité, est un patchwork culturel. Rien qu’en Equateur on compte plus de 9 groupes ethniques principaux. Heureusement pour vous, tout les guides touristiques locaux sont formés et parlent espagnol et anglais. Pour un accompagnement en français, mieux vaut prévoir un traducteur, mais c’est évidemment faisable avec un peu d’anticipation.
Retour au sommaire

Quels sont les inconvénients de visiter l’Amazonie ?

Parce qu’il faut bien trouver quelques mauvais points, regardons de près certains aspects inconfortables de l’Amazonie.

Pour les photographes tout d’abords, attention au matériel, ici il fait très humide, mais avec quelques précautions tout le monde en sortira vivant.

Pour les arachnophobes… ah oui, on ne va pas vous mentir, il y a des araignées, et des grosses, poilues, avec des crocs, celles qui vous font sauter au plafond et vous accrocher à une liane, mais heureusement la plupart ne sont pas venimeuses.

Pour les accrocs d’internet, il faut savoir qu’on est loin de la civilisation, et souvent sans réseau, même si certains lodges sont équipés de connexions satellites. Après tout, ça fait aussi du bien de se reconnecter à la nature.

Et puis surtout, le plus gros risque… c’est d’y prendre gout !

De revenir avec des photos pleins les cartes mémoires, des souvenirs pleins la tête, des histoires incroyables à raconter à la récré, des rencontres humaines qui vous ouvrent les yeux sur le monde moderne, etc

Et ça, d’expérience, c’est le problème, on a plus envie d’en partir !
Retour au sommaire

Et si on veut sortir des sentiers battus, comment on fait ?

Alors ça, à l’agence, c’est ce qu’on préfère !

Découvrir des communautés, chercher des spots inexplorés, rencontrer des locaux qui vivent encore de manière traditionnelle, on adore !

Entre nous tous on a toujours des petits plans à se partager, ces petits secrets de voyageurs qu’on partage seulement entre amis, ces bons plans qui vous font passer un moment merveilleux, sûrement le meilleur du voyage, et nous on les partage avec vous !

Alors n’hésitez pas à nous faire part de vos rêves les plus fous, on pourrait prendre le risque de les réaliser ensemble !
Retour au sommaire

On récapitule un peu.

Aller, on se fait un petit récapitulatif des points qu’on a vu sur l’Amazonie.

L’Amazonie c’est grand comme ¾ de l’Europe, donc il vaut mieux se faire conseiller pour bien choisir quelle partie visiter, et comment la visiter.

C’est accessible à tous les âges, à tous les genres, il suffit parfois de choisir le bon lodge qui saura s’adapter à vos besoins, ou répondre au mieux à vos attentes.

C’est une aventure incroyable, qu’on soit novice ou expérimenté, en famille ou en groupe de baroudeur, tout le monde pourra trouver sa dose d’aventure, de découverte et d’émerveillement.

Pour les naturalistes, ornithologistes, photographes, il faut privilégier les lodges ayant des bonnes infrastructures (tours d’observations, affuts, petits groupes).

Pour les familles, les voyages découvertes, il faut privilégier les lodges avec des activités variées pour découvrir autant la nature que la culture amazonienne.

En fonction de vos attentes et de votre budget, vous aurez accès à tout type de confort pour profiter au maximum de votre aventure.

  • Alors l’Amazonie, au final, on y va Roger ?
  • Bouge pas, j’vais chercher mes bottes et ma machette, on part à l’aventure !

Dans tout les cas, faites appel à un professionnel du tourisme pour bien répondre à vos attentes, nous serons ravis de vous aider à réaliser votre voyage, alors contactez nous.

Par Pierre Ferron, votre spécialiste des voyages photo qui n’attend que vous pour prendre ses bottes et sa machette et partir à l’aventure en amazonie.